Bernard Voyer, explorateur et alpiniste confirmé, compte à son actif 30 années d’expéditions et d’aventures. Il a, entre autres, rejoint le pôle Nord en 1994, le pôle Sud en 1996, et le 5 mai 1999, il se tenait debout sur le plus haut sommet de la Terre, l’Everest (8 850 mètres).

Il a réalisé son rêve de compléter le Tour du Monde par le plus haut sommet de chacun des sept continents. Il termina ce tour du monde par une dernière ascension, celle du Mont Vinson en Antarctique, le 10 décembre 2001.

 

Son Tour du Monde par le plus haut sommet de chacun des sept continents :

ContinentMontPaysAltitude (en mètres)Altitude (en pieds)Sommet atteint le
Amérique du SudAconcaguaArgentine6 95922,83120 janvier 1997
AfriqueKilimandjaroTanzanie5 89619,34421 décembre 1998
AsieEverestNépal8 85029,0355 mai 1999
OcéanieCarstenszIndonésie4 88416,02315 juillet 2000
EuropeElbrousRussie5 64218,51014 octobre 2000
Amérique du NordDenali-McKinleyÉtats-Unis6 19420,3202 juillet 2001
AntarctiqueVinsonHumanité*4 89716,06610 décembre 2001

 

*”Humanité” : Le Traité de l’Antarctique, signé à Washington le 1er décembre 1959, empêche toute revendication territoriale de ce continent. Il est réservé à l’Humanité et seules des activités pacifiques peuvent y être conduites.

Le préambule de ce traité énonce : “Les Gouvernements de l’Argentine, de l’Australie, de la Belgique, du Chili, de la République Française, du Japon, de la Nouvelle-Zélande, de la Norvège, de l’Union Sud-Africaine, de l’union des Républiques Socialistes Soviétiques, du Royaume-Uni de Grande Bretagne et d’Irlande du Nord, et des États-Unis d’Amérique, reconnaissant qu’il est d’intérêt de l’humanité toute entière que l’Antarctique soit à jamais réservée aux seules activités pacifiques et ne devienne ni le théâtre ni l’enjeu de différents internationaux; appréciant l’ampleur des progrès réalisés par la science grâce à la coopération internationale en matière de recherche scientifique dans l’Antarctique; persuadés qu’il est conforme aux intérêts de la science et au progrès de l’humanité d’établir une construction solide permettant de poursuivre et développer cette coopération en la fondant sur la liberté de la recherche scientifique dans l’Antarctique telle qu’elle a été pratiquée pendant l’Année Géophysique Internationale; persuadés qu’un Traité réservant l’Antarctique aux seules activités pacifiques et maintenant dans cette région l’harmonie internationale, servira les intentions et les principes de la Charte des Nations Unies“.

Partager sur les médias sociaux

Share Button