J’ai enlevé mes gants pour toucher le ciel. Aucun endroit avec les Pôles n’est plus symbolique. A la limite de ce qu’on peut vivre, l’Everest fut et demeurera un grand défi. Très peu d’humains ont réussi à faire de l’ombre sur son sommet…

 

L’expédition

Après avoir atteint le pôle Nord en 1994 et le pôle Sud en 1996, Bernard Voyer touchait le 3 ème pôle le 5 mai 1999 en réussissant l’ascension de la plus haute montagne sur terre, le Mont Everest 8 850 m.

Il était accompagné de Dorjee Sherpa Fulelee, son compagnon de cordée ainsi que de Chwangba Nuru Sherpa. Une toute petite équipe pour un grand succès. Nathalie Tremblay assura du camp de base la coordination de l’expédition.

Dorjee est d’abord et avant tout un ami, le compagnon de Bernard pour ses deux expéditions l’Everest. L’un des meilleurs alpinistes avec 6 réussites l’Everest. Un pilier de la fameuse réalisation du film Imax Everest. Il demeure Phakding, village situé sur le sentier qui mène au Mont Everest. Il est marié et papa d’un fils, Nima. Après avoir atteint le sommet de l’Everest le 5 mai 1999, Bernard et Nathalie l’invitèrent pour deux mois au Québec.

C’est une erreur de croire que Sherpa signifie porteur. Sherpa désigne plutôt le peuple d’origine tibétaine qui aujourd’hui vit dans la plupart de vallées himalayennes.
Ce Lama est quelqu’un d’exceptionnel. Il a été présent au camp de base pour toutes les expéditions l’Everest pendant plus de 10 ans. Il office pour chacune des équipes une cérémonie religieuse très importante: le Puja. Il est également responsable des sherpas qui installent et entretiennent (cordes et échelles) la cascade de glace entre le camp de base et le camp II.
Il bénira aussi Nathalie qui partage la vie de Bernard et coordonne l’expédition, partir du camp de base. Tout est minutieusement calculé et pesé puisque chaque équipement est essentiel. Les communications, la vidéo, photos et même l’aquarelle occupent ses journées.
Le Twin Otter se pose dans le village de Lukla, 2 800m d’altitude et point de départ du trek qui mène l’Everest. On dit que c’est la piste la plus inclinée au monde (30° !)
Ce trek ne suit aucune route, seul un sentier d’environ 60 km sépare le village de Lukla du camp de base (5 400m).Tout le matériel est porté dos de yack et de porteurs.
Le trek nous fait découvrir de nombreux villages tous situés dans un décor couper le souffle. Passage étroit, sentiers escarpés, et ponts suspendus. Aux personnes ayant le vertige... s’abstenir.
Une vue exceptionnelle sur le massif de l’Everest. Le glacier du Khumbu creuse la vallée. Le camp de base est situé juste l’extérieur de la courbe du glacier. C’est du Kalapatar, épaule du Mont Pumori, qu’il est possible de voir ce panorama.
Nos tentes sont installées sur la moraine du glacier de Khumbu. À l’aide de pioche et de piolet, on arrive se fabriquer un endroit assez plat! Juste sous les cailloux... la glace. Le camp de base devient un village international réunissant des grimpeurs des quatre coins du monde. Situé 5 400m, il est plus élevé que le sommet des Alpes, le Mont Blanc avec ses 4 810m!
Entre le camp de base et le camp I, l’ascension se fait dans la fameuse cascade de glace. Le glacier est torturé, crevassé et d’énormes blocs de glaces séracs pouvant atteindre la taille d’un édifice s’écroulent régulièrement. Tous les alpinistes ont peur de cette cascade de glace. En 97, Bernard l’a franchi 12 fois et 6 fois en 99.
Qui dit haute montagne dit aussi avalanche. Elles sont dangereuses et très fréquentes dans le massif de l’Everest. Jour et nuit des grondements créés par des avalanches de roches et de neige apportent une forte ambiance au camp de base.
Camp I. Situé 6 100m sur le haut de la Cascade de Glace. Les tentes sont montées sur un large sérac qui, un jour ou l’autre, chutera lui aussi dans la cascade. À 6 100m, il y a seulement 50% d’oxygène qu’on retrouve au niveau de la mer.
Une douzaine d'échelles sont installées pour traverser des crevasses. Lorsqu’une échelle ne suffit pas, une 2ème, une 3ème... est ajoutée et attachée la précédente avec de la corde. Le contact des crampons avec l’échelle rend la traversée glissante et périlleuse. Le glacier étant en mouvement constant, il arrive qu’une échelle disparaisse au fond d'une crevasse.
Camp II, 6 500m. Presqu’ l’extrémité de la vallée, on s’installe sur la moraine latérale du glacier, comme c’est le cas au camp de base.
Au-dessus de nos tentes, est suspendu un glacier qui laisse échapper l’occasion quelques fragments de glace de la dimension d’une maison!
Les effets de la haute altitude commencent se manifester. Maux de tête, perte d’appétit etc... Le camp II est important pour l’acclimatation, on y séjourne plusieurs jours.
Camp III. Le pire endroit pour camper! 7 400m. Dans la forte pente du Mont Lhoste, on taille la glace la pelle et au piolet pour créer une petite plate-forme pour monter la tente. Situé en pleine zone d’avalanche et une altitude proche du début de la zone de la mort, on y trouve difficilement le calme et le sommeil. Les sherpas refusent de dormir au camp III... ils préfèrent quitter le camp II dans la nuit pour rejoindre directement le camp IV... Ouf!
Camp IV, 8 000m. Col sud, le plus haut col sur terre! Tellement bout de souffle, tellement épuisé, gelé, sans appétit ni sommeil il est difficile de trouver des qualités cet endroit! En pleine "zone de la mort"... le corps humain ne trouve plus aucune adaptation au manque d’oxygène. Pour la dernière étape jusqu’au sommet, les alpinistes utilisent un apport d’oxygène. Cela ne facilite pas l’ascension, mais prévient l’œdème pulmonaire et cérébral.
Toutefois, certains alpinistes y sont allongés et ce, pour l’éternité.
L’arête sommitale vue du sommet sud 8 700m. C'est une étape périlleuse avant d’atteindre le sommet situé 150 mètres plus haut. A cette altitude (jet stream), des rafales très puissantes proviennent souvent du côté tibétain. La corniche de neige est fragile et il y fait très froid. La pyramide sommitale est souvent dépourvue de neige et ses parois sont très abruptes. La toute dernière difficulté est le ressaut Hillary, 8 mètres d’ascension verticale sur un rocher lisse, nommé en l’honneur du premier vainqueur de l’Everest, Edmund Hillary, accompagné du sherpa Tensing Norgay.
Au sommet, rien ne sert de regarder plus haut, tout est vos pieds…
Au sommet...
 
 

Après sa réussite de l’ascension de l’Everest, Bernard fut invité à signer le prestigieux tableau du ”Everest Summiters Club” à Katmandou. Depuis ce temps les signatures de Bernard et de Dorjee côtoient celles de Hillary, Rob Hall, Messner…

Signature Rum Doodle
 

En chiffres

  • Altitude : 8 850m – 29,035 pieds (la plus haute montagne au monde)
  • Tour du monde : 1er en altitude et 3eme en ordre chronologique
  • Le nom “Everest” vient du colonel Georges Everest (1790-1866)
  • 29 mai 1953 : le Néo-Zélandais Sir Edmund Hillary, âgé de 33 ans, né le 20/07/1919, et le Sherpa Tenzing sont les 1er sur le toit du monde
  • 16 mai 1975 Junko Tabei fut la première femme à atteindre le sommet
  • 15 mai 1991, 1er Québécois au sommet de l’Everest : Yves Laforêt
  • 5 mai 1999, 2ème Québécois : Bernard Voyer
  • 14 sommets ont plus de 8 000m et tous sont situés en Himalaya
  • Le sommet est frontalier entre la Chine (Tibet) et le Népal
  • Le camp de base se situe à une altitude de 5 400m – 17,720 pieds