Sommet (8 850m) – Le toît du monde, 5 mai 1999

Camp IV (8 000m) – Au col sud

Camp III (7 400m) – Dans la face du Mont Lhotse

Camp II (6 500m) – Dans la combe ouest

Camp I (6 100m) – Au dessus de la cascade de glace

Camp de base (5 400m) – Situé sur la moraine du glacier

Cette photo a été offerte à Bernard Voyer par l’astronaute Julie Payette (Photo prise de la navette spatiale Atlantis à 165 miles nautiques, soit 305kms au-dessus de la Terre)

 

 

Altitudes comparées des monts

montscoupe
 

Népal

 

Le Népal est un rectangle de 150km de large sur 800km de long, situé entre le Tibet (Chine) et l’Inde. Au nord du pays, l’Himalaya possède 10 sommets de plus de 8 000 mètres, et plus de 100 sommets supérieurs à 7000m: c’est une immense barrière climatique et géographique. Elle offre un horizon escarpé avec ses cols situés entre 4 500 et 6 000m. Sur une distance de 25km, l’altitude peut varier de 6 000m.

35% du pays se trouve en dessous de 1 000m. En effet, le Teraï est une région de basse altitude bordant la frontière indienne, on y retrouve plaines, jungles et marais dans lesquels on peut y rencontrer des rhinocéros, des éléphants, des tigres…

 

Décalage horaire

9 h45 entre Montréal et Katmandou la capitale (GMT : +5h45).

Près de 20 heures de vol.

 

Population

  • 26,5 millions d’habitants dont 6 200 000 Indo-Népalais, 960 000 Tamgans,
  • 750000 Tharus, 620000 Newars, 536000 Magars, 500000 Rais, 357000 Gurungs, 300000 Limbus, 51000 Sherpas.
  • Âge : 50% moins de 19 ans
  • Espérance de vie : 53 ans
  • 10 millions d’analphabètes.

 

Religions

  • Hindouistes (religion d’État jusqu’en 1990) 90%,
  • Boudhistes 5,8%,
  • Musulmans 2,7%.
 

Les “8 000” metres

  1. Everest : 8 850m (29,035′)
  2. K-2 : 8 611m (28,250′)
  3. Kangchejunga : 8 586m (28,200′)
  4. Lhotse : 8 516m (27,940′)
  5. Makalu : 8 463m (27,766′)
  6. Cho Oyu : 8 201m (26,906′)
  7. Dhaulagiri : 8 167m (26,795′)
  8. Manaslu : 8 163m (26,781′)
  9. Nanga Parbat : 8 125m (26,660′)
  10. Annapurna : 8 091m (26,545′)
  11. Gasherbrum I : 8 068m (26’470′)
  12. Broad Peak : 8 047m (26,400′)
  13. Shishapangma : 8 046m (26,397′)
  14. Gasherbrum II : 8 035m (26,360′)
 

Géologie

Le 5 mai 1999, au sommet de l’Everest, Bernard s’est rapporté un petit souvenir : une poignée de cailloux. Riches de symbole, ces cailloux touchent le ciel mais il n’en a pas toujours été ainsi.

Le département de génie civil, géologique et des mines de l’École Polytechnique de Montréal ont analysé 2 de ces précieux cailloux. Sous la direction de Jean Beaulieu, spécialiste en sédimentologie, de magnifiques photomicrographies furent réalisées, comme si ces cailloux avaient été observés sous microscope à haute résolution.

Au centre de la photo nous observons un cristal de calcite avec clivages l'intérieur d'une veine.
Le caillou est un calcaire schisteux. Il s'agit d'un très ancien sédiment marin, riche en calcaire, soit en carbonate (CaCO3), qui a subi d'énormes pressions et chauffé dans une bonne mesure lorsque le fond de la mer a été plié et soulevé pour former l'ossature des présents Himalayas. Rappelons que l'Everest s'élève toujours, la vitesse que poussent nos ongles, soit quelques centimètres par an.
En haut gauche, en bleu, un cristal de quartz et en haut droite, de couleur jaune doré, un cristal de calcite avec clivages. Dans la partie inférieure de la photo, des laminations sédimentaires formées de quartz et de calcite recristallisés.
Le caillou est majoritairement composé de calcite, un peu de mica blanc (muscovite), quelques grains de quartz, quelques grains de pyrite et quelques petits et rares cristaux d'amphibole. Il y a effervescence lorsqu'on applique de l'acide chlorhydrique (HCI ) sur cette roche, ce qui témoigne de sa forte teneur en carbonate.
 
 

Un de ces cailloux fut prêté à l’astronaute canadien Steve MacLean pour sa mission spatiale. Ainsi, il a fait plusieurs tours du monde en observant l’Everest d’en haut!